Marcellin Champagnat

Il marche le long d’un petit sentier en direction de la Valla, un petit village pittoresque de la région de Saint-Étienne. Marcellin Champagnat se creuse la tête et le cœur et se demande comment il va pouvoir redonner la vraie Vie à ce clocher qui pointe à l’horizon. Sa prière coule comme les grains de chapelet sur le chemin. Comment ? Comment, seul pourra-t-il dépoussiérer les bancs et les cœurs ? Mais il n’est pas seul. Il le sait : il tombe à genoux et confie sa mission à la Sainte Vierge Marie. Nous sommes le 15 août 1816, il prie Marie, il a tout compris !

En instituant plus tard la congrégation des petits frères de Marie, il reste sous le regard de celle qui éclaire toute sa vie. Les frères Maristes sont nés et ont une grande sœur pleine de grâces.

À la suite de Saint Marcellin Champagnat, c’est la foi en Jésus-Christ qui anime nos actions d’aujourd’hui. Le Christ Lui-même nous le rappelle : « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire » (Jn XV, 5). Donc, avec Lui, nous pouvons tout ! Il suffit à Saint Pierre de jeter les filets sur les conseils du Christ, pour qu’ils craquent, frétillants de vie jusque sur les doigts rouges des pêcheurs ébahis et des pécheurs que nous sommes.

Publicités